Face à l’expansion du e-commerce et des nouvelles technologies, les retailers traditionnels doivent adapter leurs activités.

La complémentarité du e-commerce et du commerce traditionnel

Le e-commerce représente un certain avantage :

Le e-commerce présente une multitude d’offres qui répondent à tous types de profil et couvre une plus large clientèle. Le commerce en ligne permet aussi d’éliminer les frontières : c’est un avantage important pour le client, qui limite ses déplacements et gagne un temps considérable. De plus, le e-­commerce permet à certaines personnes d’obtenir des objets qu’elles n’oseraient pas acheter dans une boutique traditionnelle.

Le e-commerce, une solution complémentaire pour le commerce traditionnel :

Pour un commerçant, être présent sur le web – par le biais d’un site web, d’une boutique en ligne ou des réseaux sociaux – permet de répondre efficacement à ses besoins de visibilité et d’expansion. On remarque par exemple que les jeunes âgés de 18 à 24 ans sont 22% à s’informer sur des produits ou services qui les intéressent par le biais des réseaux sociaux. Ainsi, le digital génère de l’activité pour le commerce traditionnel.

Pour beaucoup, la complémentarité e-commerce / commerce traditionnel est essentielle : le web est comme un intermédiaire et un moyen d’amener le client dans la boutique physique. En effet, selon l’étude de SapientRazorfish de 2017, 60 % des consommateurs procèdent par repérages sur Internet : ils commencent leurs recherches en ligne mais préfèrent encore acheter en boutique.

Toutefois, pour que cette complémentarité fonctionne, il est nécessaire d’avoir une bonne e-réputation. Cela demande donc au commerçant d’être actif, d’assurer le fonctionnement de son site, de l’alimenter… Une tâche qui peut se révéler difficile et qui demande du temps et de l’investissement.

Le commerce traditionnel est cependant toujours fort :

On constate une volonté des clients d’avoir un contact direct avec le commerçant et de pouvoir demander l’avis d’un spécialiste. Cela est plus compliqué à obtenir sur Internet, malgré l’apparition de systèmes de discussion instantanés. Cette proximité avec le commerçant et la possibilité de voir et d’essayer les produits directement permettent au commerce traditionnel de continuer à grandir.

Une évolution du commerce en ligne qui impacte le commerce traditionnel :

Selon Claire Sorel de Visionary Marketing, « les ventes en ligne progresseront toujours en impactant les commerces traditionnels ». Pour elle, il se peut que des commerces que nous considérons indispensables de nos jours disparaissent au profit de l’ère du digital.

De nouveaux moyens de se développer : partenariats, objets connectés en boutique…

Des objets connectés pour assister :

Les nouvelles technologies peuvent faire évoluer l’activité des enseignes et de leurs équipes. L’étude de Zebra Technologies de 2017, montre que :

70% des décideurs du rétail prévoient d’investir dans les technologies de l’IoTd’ici 2021.
57% affirment vouloir investir dans les technologies d’automatisation.
65% comptent investir dans les capteurs intelligents pour la gestion de leur inventaire.
Il ne faudrait pas toutefois que ces outils prennent le pas sur la dimension humaine qui fait la force des commerces locaux. Le digital devrait dans ce cas rester au service de l’humain.

Des partenariats avec de plus grosse entreprises :

Des commerçants décident de collaborer avec des start-ups et des entreprises de plus grande ampleur. Ces échanges bénéficient aux deux partenaires et permettent d’innover. Selon une étude de MassChallenge et Imaginatik en 2016, 23 % des start-ups qualifient la collaboration critique avec les entreprises. De plus, 67% des entreprises souhaiteraient travailler avec des jeunes start-ups.

Sources :

http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/1172030-chiffre-d-affaires-e-commerce-france/

http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/1009571-nombre-de-transactions-en-ligne-par-acheteur-par-an/

http://visionarymarketing.fr/blog/2016/03/ecommerce-physique-menace/

http://mailchi.mp/1841fea2dae0/lab-fevad-septembre-2017-retailler-traditionnels-quelle-transition-numrique?e=UNIQID

http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/67591/retailers—le-digital-oui–mais-pas-sans-l-humain.shtml

Comment les retailers traditionnels s’adaptent-ils au digital ?