La réalité augmentée (RA) se perfectionne de jour en jour. De nombreux secteurs d’activité l’utilisent. Ce qui passait il y a quelques années comme de la science-fiction est en passe de devenir réalité. Focus sur deux branches d’activités significatives de notre société, le secteur médical et le corps militaire.

La réalité augmentée à l’usage militaire

L’armée américaine améliore ses dispositifs technologiques

L’utilisation de superposition d’informations à la réalité est utilisée dans l’armée depuis la fin des années 1970. Le HUD 1.0 (head-up display) permet d’assister les pilotes de l’armée de l’air américaine pendant leurs missions.​Cette technologie projette des informations sur la visière de leurs casques pendant qu’ils regardent le ciel. Les pilotes peuvent ainsi connaître leur position, le nombre d’armes embarquées ou le niveau de carburant tout scrutant leur environnement.

Courant 2019, l’armée américaine va perfectionner cet équipement avec un casque de réalité augmentée qui sera étendu à l’armée de terre. Il permettra aux soldats d’optimiser leurs actions sur le terrain et participera à améliorer leur mise en situation lors des entraînements.

Microsoft développe un casque RA pour l’état-major américain

Pour améliorer leur technologie en terme de réalité augmentée, l’armée américaine a lancé un appel d’offres, baptisé HUD 3.0. Microsoft a été choisi comme prestataire pour développer 100 000 casques à réalité augmentée qu’ils ont appelé Hololens. Ces appareils devront répondre à de nombreux critères exigés par l’état-major américain. Les casques conféreront aux forces armées la vision nocturne, infrarouge, la mesure de signes vitaux, l’accès rapide à la géolocalisation ou encore, l’aide à la visée. Des fonctionnalités avancées qui aideront les militaires à prendre des décisions difficiles dans des situations complexes durant leurs missions. Avec ce dispositif, l’armée de terre américaine espère diminuer la létalité lors de combats réels.

Les dérives possibles de la réalité augmentée à des fins militaires.

Bien que la réalité augmentée soit décrite par le corps militaire comme un dispositif de défense, elle est propice à de multiples dérives. En Chine par exemple, les citoyens sont notés en fonction de leur engagement civique. Repérer les “mauvais citoyens” pourrait être facile avec un système de reconnaissance faciale ou par le biais de la géolocalisation des smartphones. Ces applications ne relèvent en rien de la fiction. Une société de surveillance (Frequenties) les a développées. Le système consiste à aider la police à traquer des suspects, notamment lors d’événements où la foule est dense et la visibilité est restreinte.

Hormis le fait que la réalité augmentée puisse servir de manière abusive, ses utilisations sont prometteuses dans de nombreux domaines. C’est le cas par exemple dans le secteur médical où cette technologie permet d’améliorer les compétences humaines.

Une technologie propice aux médecins

Les chirurgiens peuvent désormais, détecter ce que l’œil ne nous permet pas de voir au travers de lunettes, d’un casque (diverses marques en proposent) ou d’images projetées. Cela permet de limiter les risques et d’opérer des cas impossibles jusqu’à présent.

Cependant, quelques inconvénients sont encore présents, cet équipement n’est pas totalement au point, car des problèmes de calibrages persistent.

Un appareil permet également de seconder les infirmières dans le cadre d’une prise de sang. Il permet de rendre visibles les veines par un système lumineux projeté sur la main du patient et ainsi faciliter l’insertion de l’aiguille dans la veine.

Un pas en avant pour l’humain

Une série d’innovations en matière de RA a vu le jour ces dernières années pour assister les humains.

Google a développé des lentilles de contact numériques permettant aux diabétiques de surveiller leur taux de glycémie et d’être continuellement assistés.

Une application nommée « Nomadeec » a été récemment conçue pour faire l’intermédiaire direct entre le SAMU et les médecins via un casque Microsoft Hololens. C’est une plateforme numérique de premier secours qui permet d’envoyer des images vidéos de l’intervention et un bilan médical complet à un médecin. Celui-ci peut en temps réel guider le secouriste dans sa tâche.

Jusqu’où ira cette évolution ?

Il est vrai qu’aujourd’hui les implants sont utilisés uniquement dans le cadre médical pour soigner les patients de maux jusque-là irréversibles. Seulement Elon Musk, le fondateur de Tesla, souhaite utiliser ces implants pour assouvir une lubie. Il a pour objectif de rendre les gens plus intelligents grâce à un implant cérébral connecté qui améliorerait nos capacités à l’aide d’une intelligence artificielle. Il a déjà baptisé son entreprise « Neuralink ». L’objectif dans un premier temps est de connecter une puce aux neurones afin d’en extraire du code ou d’en envoyer.

Sommes-nous à l’aube d’un jour nouveau proche de la science-fiction ?

Aujourd’hui on peut craindre une technologie qui évolue très vite. Les données personnelles traitées par l’armée et la médecine sont considérées comme particulièrement sensibles. La réalité augmentée risquerait d’ouvrir des failles de sécurité sur le traitement des données. Un détournement de ces données par des “cybercriminels” causeraient des dommages considérables sur deux des secteurs les plus importants de notre société.

Sources :

L’armée et la médecine, focus sur la réalité augmentée