L’arrivée de l’économie numérique au sein de notre entreprise a engendré divers changements au sein des entreprises traditionnelles. Contraintes à se réinventer pour rester dans la course aux parts de marché, elles doivent se résoudre à prendre certaines mesures drastiques.

tea-desktop

Les hypermarchés doivent se renouveler face à une nouvelle concurrence

L’ultra domination des hypermarchés n’est plus qu’un souvenir. Avec l’arrivée d’Internet, des sociétés “pure player” ont fait leur apparition, créant de nouvelles méthodes d’achat. La rapidité et simplicité d’accès aux produits et services proposés par ces pure player change la notion de consommation.

Des leaders fragilisés

Carrefour, positionné à la sixième place mondiale des leaders de la grande distribution en 2016, se retrouve dans une position fragile. En effet, les dirigeants ont pris la décision de supprimer 2400 postes dans le cadre de son plan de transformation.

La problématique des pure players crée divers soucis pour les entreprises traditionnelles. Avec l’arrivée du géant américain Amazon, leader de l’offre non alimentaire, et de son homologue chinois Alibaba (dont le but premier est de détrôner Amazon), les offres et méthodes de livraison ultra efficaces poussent les hypermarché à se réinventer.

Les offres de livraison de ces pure players, service incontournable de vente en ligne, ajoutées à une livraison à domicile en temps record (parfois en un jour), ont de quoi faire trembler les hypermarchés.

Une évolution nécessaire pour répondre aux évolutions de marché

C’est ainsi que certains hypermarchés deviennent des “click & mortar”, soit des entreprises traditionnelles qui ont développé une activité économique en ligne. La méthode la plus notable est le concept des marchés drive. Des enseignes, telles que Carrefour Drive, proposent de se connecter au site de l’enseigne, pour ensuite choisir ses produits, payer en ligne et venir les récupérer. Ils sont emballés et l’internaute n’a plus qu’à les déposer dans sa voiture.

Le drive comme moyen de réponse

Ce récent service qualifié d’hybride permet de répondre à la problématique de fraîcheur des produits et dates de péremption. Il permet également de contrer l’arrivée du service Amazon Fresh, proposant la livraison de produits frais dans les villes de Londres, Berlin et Tokyo, qui selon les résultats, sera certainement implanté sur le territoire français.

Aujourd’hui, le drive c’est 6 millions de ménages, consommateurs réguliers ou ayant tenté l’expérience au moins une fois. En 2010, seulement une centaine de ce type de magasin étaient implantés. En 2016, c’est environ 4000 de plus, soit une augmentation de 4000% en moins d’une décennie.

Le e-commerce dans les hypermarchés : les stratégies des grandes marques