Avec plus de 34 millions de cyberacheteurs en France, le e-commerce s’ouvre et s’étend à tous types de secteurs. La multiplication des écrans et les nouvelles interactions sur le web, invitent de plus en plus d’internautes à acheter en ligne.

S’il existe bien un secteur sur le web qui ne connaît pas la crise, c’est celui du e-commerce. On appelle « e-commerce » les sites marchands permettant l’achat ou la vente de produits, de biens ou de services en ligne. Aujourd’hui, le e-commerce consiste à renseigner, à fidéliser et accompagner les internautes dans leurs actes d’achat. En France, la Fédération des Entreprises de Vente à Distance (FEVAD) est chargée de fédérer, de représenter l’ensemble des acteurs du e-commerce, de la vente à distance et d’en promouvoir le développement.

Les nouvelles tendances du e-commerce en France

En 2014, le e-commerce évolue à plusieurs niveaux notamment en terme de création d’emploi et d’acquisition de nouveaux clients.

Le M-commerce

Cette tendance d’e-commerce sur les téléphones mobiles, redonne une dynamique au secteur : 4,6 millions de français ont effectué des achats sur leurs mobiles et 19% du chiffre d’affaires des sites marchands en proviennent (11% en 2013).Le showrooming

Il s’agit d’une tendance d’usage du e-commerce : «le showrooming». Le consommateur se rend en point de vente pour définir son idée d’achat et concrétise son achat sur internet. Ces nouveaux modes de consommation permettent aux consommateurs d’accentuer la concurrence et donc de faire baisser les prix.

Le web to shop

Le e-commerce redynamise les points de vente via le «web to shop». Les consommateurs s’informent sur leurs projets d’achat sur le web et se rendent en magasin pour finaliser leurs achats. Cela concerne une partie des consommateurs qui sont à la recherche du contact humain. On retrouve cette notion de collaboration dans différents domaines tels que le covoiturage, l’échange de logement, la colocation, … Le e-commerce est en constante évolution et doit s’adapter aux nouveaux modes de consommation et aux exigences d’un secteur multi-concurrentiel. Nous pouvons alors nous demander quels sont les acteurs de ce secteur ?

Les acteurs principaux du e-commerce

Parmi les principaux acteurs du e-commerce, on retrouve les Marketplaces, des plateformes regroupant plusieurs espaces marchands de vendeurs indépendants, professionnels ou particuliers. Le volume des ventes sur ces plateformes a augmenté d’environ 40% au premier trimestre 2014. On distingue deux types de MarketPlaces: • Les sites spécialisés dans la vente en ligne tels que les leaders E-bay, Amazon ou encore Price Minister. • Les groupes qui proposent des places de marché sur leurs sites, réservées aux professionnels moyennant une commission tels que la FNAC ou la Redoute.

De la quantité à la qualité

Pour faire son choix, sur un site de vente en ligne, le consommateur est sensible aux différences de prix et la disponibilité des produits. Pour répondre à ces attentes, les Marketplaces, tels qu’Amazon ou Rue du Commerce, ont choisi de s’associer avec des vendeurs partenaires privilégiés pour proposer des produits aux meilleurs prix. Ils ont su mettre les attentes de leurs clients au cœur de leur stratégie commerciale en alliant qualité de service et prix abordables. Une nouvelle exigence prend place dans ces transactions, celle de la qualité de service, la France doit encore s’améliorer. De plus en plus d’internautes françaises se tournent vers des e-commerçants étrangers de prêt-à-porter féminin, notamment des groupes britanniques comme ASOS ou Primark. Leurs services en ligne et leurs livraisons y sont jugés de meilleure qualité.

Le e-commerce: gain de temps pour les professionnels

Mais, les particuliers ne sont pas les seuls cyberacheteurs. De plus en plus de professionnels se tournent vers le web pour effectuer des transactions avec leurs fournisseurs. En effet, 95% des professionnels portent un intérêt tout particulier à la disponibilité des produits, au suivi des commandes et cherchent souvent à comparer les prix. Cette pratique a pour principal avantage, le gain de temps. Ces points de vigilance sont des véritables critères de choix pour des consommateurs qui deviennent alors acteurs du e-commerce.

 

LE E-COMMERCE : UN SECTEUR QUI NE CONNAIT PAS LA CRISE