Google est de loin le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde. Ce géant américain domine le marché dans la plupart des pays, mais quels en sont les risques liés ? Face à cette domination, de nombreux et nouveaux moteurs de recherches tentent de se démarquer et de proposer une nouvelle manière d’effectuer des recherches internet. Ces petits nouveaux misent sur les limites de Google et sur l’innovation pour se différencier.

Quels sont les limites et problèmes de Google comme moteur de recherche ?

Les failles de Google comme moteur de recherche :

Les recherches effectuées sur le moteur de recherche de Google peuvent laisser des traces. Cela provoque évidemment de l’inquiétude du côté des utilisateurs. Grâce à ces informations, il est possible de connaître leurs activités. Une recherche internet peut laisser des traces à la fois sur un ordinateur mais aussi auprès du fournisseur de recherche. C’est lors d’une analyse de l’ordinateur que les recherches réalisées précédemment peuvent être découvertes.

Les limites du moteur de recherche :

Le moteur de recherche Google laisse de côté des données pouvant être pertinentes. Le nombre de résultats proposés par Google peut fortement varier sur certaines périodes, et certains d’entre eux peuvent apparaître comme incohérents lorsqu’on les compare entre eux.

Comment se démarquent les nouveaux moteurs de recherche et comment exploitent-ils les limites de Google ?

Il existe 2 grandes stratégies de la part des nouveaux moteurs de recherche : proposer des conceptions différentes ou concurrencer Google sur son propre terrain.

La concurrence en profite pour proposer des moteurs de recherches alternatifs :

Certains moteurs de recherche se distinguent par le fait qu’ils ne stockent pas les données personnelles. C’est le cas de DuckDuckGo et Qwant par exemple.

En effet, le premier indique que ni les adresses IP ni les recherches réalisées par les internautes ne sont utilisées. De plus, les publicités sont ciblées et proposées en fonction des mots clefs de recherche utilisés. Qwant est lui actif depuis 2013. Ce moteur de recherche garantit le non stockage des données et informations personnelles. De plus, aucun cookie n’est présent pour tracer l’internaute, de ce fait les résultats ne sont pas sur-mesure comme le fait Google. Les résultats que propose Qwant sont orientés en fonction des tendances et de l’actualité du moment.

D’autres moteurs de recherche proposent des alternatives encore différentes. C’est le cas de Ecosia, qui est l’un des seuls moteurs de recherche écologique. Il vise à diminuer la consommation énergétique d’une requête. D’origine allemande, il verse ses bénéfices à un programme de reforestation qui aurait permis avec 5,5 millions d’utilisateurs actifs et réguliers, de planter plus de 14 millions d’arbres.

Certains veulent copier Google aux Etats-Unis :

Bing et Yahoo ont d’abord travaillé seuls pour concurrencer Google, puis se sont associés… malgré leur “force” ils restent loin derrière Google.

En effet, bien que Bing se place en deuxième position derrière le géant Google, la part de marché de Bing en France reste faible. Un internaute sur cinq utiliserait cependant ce moteur de recherche aux États-Unis. Son succès serait dû en partie à une plus grande proposition de fonctionnalités de la part de Bing sur le marché américain.

Yahoo faisait partie des pionniers de l’Internet et compte actuellement 700 millions d’utilisateurs pour son service email. Cependant il est moins utilisé en France qu’aux États-Unis. Depuis que bing et Yahoo se sont associés en 2009, ils proposent les mêmes résultats. Cette association leur permet d’atteindre une meilleure part de marché supérieur à Google aux Etats-Unis. De ce fait, les administrateurs de site web avec une cible américaine doivent prendre en compte ces moteurs de recherche alternatifs.

Sources :

Droit d’image :

Quelles alternatives sont proposées pour concurrencer le moteur de recherche Google ?