Le e-commerce est en constante évolution et voit chaque année naitre de nouvelles pratiques et augmenter son nombre d’utilisateurs. Au vu de ces constations, il est importantde faire un point sur les tendances 2015.

Combien ? : Le e-commerce français 2015 en quelques chiffres

En 2015 le e-commerce français génère un chiffre d’affaires de 15,5 milliards d’euros, c’est 16 % de plus que l’année précédente. Le nombre de cybers acheteurs est en forte croissance : au second trimestre 2015 il y a 34,7 millions de cybers acheteurs en France, soit 628 000 de plus qu’il y a un an. L’offre étendue et la confiance accrue des cyber-acheteurs favorisent le développement du e-commerce.

Le top 5 des sites de e-commerce les plus visités en France

Ces chiffres illustrent bien la situation et on peut remarquer le nombre de visualisations, assez conséquentes, des sites de e-commerce par les français :

Les deux premiers sites (Amazon et Cdiscount) les plus visités en France ont une offre très diversifiée de biens et de services (produits haute technologie, de loisirs, d’équipements de la maison et de la personne sur Internet). Cela permet au cyber acheteur d’utiliser un seul et même site pour acheter divers biens. Fini le temps où il fallait commander sur différents sites, maintenant il y a la possibilité de centraliser ses achats.

Le tourisme, une source de croissance du e-commerce

Les Français ont une préférence pour les sites proposant des offres touristiques. Actuellement 32% du CA du e-commerce provient des sites de tourisme.

Cette tendance est portée par la forte fréquentation des plateformes collaboratives (air b&b, BlablaCar…) qui deviennent un nouveau réflexe pour les cybers acheteurs.

Comment ? : La technique au service du e-commerce

La collecte de données: l’or noir du 21e siècle

Depuis quelques années le nombre de données explose, les sources se multiplient tout autant que l’humain se connecte (plus de 53% des utilisateurs consultent maintenant internet sur leurs mobiles). Le Big data devient un outil indispensable sur Internet, il permet de connaître le comportement des clients et les tendances de l’industrie mais aussi d’améliorer tous les aspects marketing d’une entreprise (publicités, merchandising ainsi que la fidélisation des clients). Le défi pour une entreprise de e-commerce est alors la collecte, le stockage et l’organisation de toutes les données liées à ses clients et prospects. Le ciblage des clients se fait donc grâce à ses données, on pourra connaître, par exemple, le support d’achat (smartphones, tablettes…), le nombre de clics sur un article, les consultations sur les réseaux sociaux … Le Big Data est donc promis à un bel avenir grâce à la quantité de données récoltées et les moyens de traitement. Il permet d’enrichir l’approche marketing.

L’achat de trafic : Acheter pour mieux régner

Bien sûr, l’outil incontournable est le référencement payant (SEA : Search Engine Advertising) qui est souvent utilisé comme levier de vente efficace en l’association avec le référencement naturel. En complément de cet outil, voici quelques technologies s’étant faites remarquer en 2015 et que l’on peut associer au référencement et à la récolte de Data : – Le retargeting : Après avoir récupéré les informations comportementales cette technique permet de créer des bannières publicitaires ciblées sur un site ecommerce. C’est donc une technique appliquée en interne et qui permet de convertir un client non acheteur lors d’une hypothétique prochaine visite. – Le real-time-binding (RTB) : C’est un outil qui vise à diffuser une publicité sur un encart publicitaire en temps réel via un système d’enchères. L’ad-server (serveur web, qui héberge des publicités) définit donc quelle publicité sera affichée en fonction d’un certain nombre de critères. On annonce une dépense pour le « real-time-binding » estimé à 20,8 milliards d’euros en 2017 contre 2.7 milliards en 2012. Ces deux technologies sont extrêmement intéressantes lorsqu’elles sont utilisées ensemble.

Le contenu mis en avant

La dernière tendance est le « content-marketing ». Quand un site chute des premières pages de Google, cela veut dire que le référencement naturel n’est pas au point. La description d’un contenu, pour la plupart des utilisateurs, est primordiale avant de passer à l’achat. Une photo, un texte descriptif, des avis sont des petits détails qui provoqueront une conversion du client et faciliteront la vente sur la toile. L’algorithme de Google en 2015 a privilégié la qualité de ces contenus sur le Net. Si un site a été largement partagé sur les réseaux sociaux, l’algorithme aura tendance à penser que c’est un gage de qualité. L’internaute sera à « l’écoute » si des contenus intelligents lui sont proposés. Il faut donc fournir un contenu pertinent et à forte valeur ajoutée pour espérer un jour ne pas sombrer et ainsi nager au-delà de la ligne de flottaison sur vos navigateurs préférés !

Les tendances de l’année 2015

Revenons sur les principales informations à retenir pour l’année 2015 :
– Les e-commerçants peuvent récupérer des données de plus en plus précises sur leurs clients, ce qui leur permet d’optimiser leurs ventes et de limiter les coûts. – Le social shopping devient en vogue grâce au « Buy Button » de Twitter (réaliser des achats sans quitter le réseau social). – En 2017, 50% des investissements produits seront centrés sur l’expérience utilisateur. – Les consommateurs deviennent exigeants sur les délais de livraison qu’ils espèrent voir raccourci. – Le content-marketing devient une obligation pour pouvoir référencer convenablement son site internet et récupérer des visiteurs, acheteurs.

 

Lire la suite de la newsletter : La fusion éventuelle des géants du e-commerce : Fnac vs Darty

Un focus sur les pratiques du e-commerce en 2015